Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

19e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : les élèves de Gayéri réclament vérité et justice

20/12/2017
883

19e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo

Les élèves de Gayéri réclament vérité et justice

Gayéri, (AIB) - Les élèves de Gayéri, sous la conduite de leur délégué Souleymane Tougma, ont manifesté le 13 décembre 2017 dans les artères de la ville pour réclamer justice et vérité pour le journaliste Norbert Zongo et ses trois compagnons, morts tragiquement en décembre 1998.

Les élèves de la commune de Gayéri étaient dans la rue le 13 décembre 2017 pour demander que la lumière soit faite sur la mort de Norbert Zongo et de ses trois compagnons. Ils ont transmis ce même jour une lettre à Maurice Konaté, haut-commissaire de la province de la Komondjari, dont voici la teneur : « Voilà 19 ans que notre frère, le journaliste Norbert Zongo, et ses trois compagnons de route ont été assassinés de la plus ignoble des manières. Norbert Zongo et ses compagnons ont été réduits en cendres alors qu’ils se rendaient dans le Ziro. Depuis le 13 décembre 1998, jour de cet assassinat qui a endeuillé tout un pays, le mot qui revient sur toutes les lèvres est ‘‘justice’’. Aujourd’hui, les Burkinabè veulent savoir ce qui s’est réellement passé ce jour-là, connaître ceux qui ont pu commanditer et poser un tel acte et pourquoi. Mais depuis, le temps passe et c’est le silence aux mille questions. 

Pendant ce temps, le sentiment d’injustice et d’impunité se renforce et c’est pourquoi nous, élèves, disons non à cette injustice et réclamons justice pour Norbert Zongo. Au regard de tout ce qui précède, rendre justice à Norbert Zongo et à ses compagnons est un devoir républicain pour le peuple burkinabè. Cette énigme constitue une tache noire dans l’histoire de notre pays et parvenir à le résoudre permettra assurément de soigner l’image du Burkina Faso. Nous, élèves de Gayéri, hommes de demain, invitons le peuple burkinabè, nos très chères autorités, les défenseurs des droits de l’Homme à maintenir la pression pour obtenir justice pour Norbert Zongo et ses compagnons ainsi que pour les autres crimes de sang… ».

Après avoir reçu la lettre, Maurice Konaté, haut-commissaire de la Komondjari, a salué la discipline dont ont fait montre les élèves. « Les édifices publics, c’est pour vous ; rien ne sert de les détruire », a-t-il ajouté avant de rassurer les élèves qu’il transmettra leur message à qui de droit.

Kanlieyama Aboubakar COMBARY

Collaborateur