Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Gestion du CSPS de Karangasso-Vigué : un bilan satisfaisant pour le compte de l’année 2017

19/12/2017
1 421

Gestion du CSPS de Karangasso-Vigué

 

Un bilan satisfaisant pour le compte de l’année 2017

 

Le bureau du Comité de gestion (COGES) du Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Karangasso-Vigué, localité située à une soixantaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, a rencontré les populations de cette commune rurale, le samedi 16 décembre 2017. L’objectif était de faire le bilan du COGES du CSPS.

 

Soucieux du bien-être des populations, l’Etat burkinabè a décidé de la mise en place des Comités de gestion (COGES)au niveau des Centres de santé et de promotion sociale (CSPS), pour qu’ils soient plus autonomes. C’est dans ce contexte que le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Karangasso-Vigué, commune rurale de la région des Hauts-Bassins, à l’instar des autres CSPS du Burkina Faso, est géré par un comité de gestion. Il sert de relais entre les communautés et les agents de santé. Avant d’entamer l’année 2018, les membres de bureau ont jugé nécessaire, de faire le point des activités menées courant l’année 2017. Ils ont à cet effet, convoqué une assemblée générale avec les populations, le samedi 16 décembre 2017 à Karangasso-Vigué. Dans l’ensemble, ce bilan est satisfaisant, selon son président, Bèma Ouattara. A l’en croire, c’est le comité qui suit le fonctionnement du CSPS et décide de toutes les dépenses qui doivent être effectuées. « Ils nous informent de leurs besoins. Nous nous concertons à notre tour pour voir la faisabilité avant de donner notre accord », a-t-il dit. « Avec la contribution du COGES, nous avons des médicaments dans la pharmacie du CSPS qui permettent de soigner les populations », a précisé M. Ouattara. Cependant, il invite le gouvernement à les aider, parce que le CSPS manque souvent de médicaments pour cause de rupture au niveau de la CAMEG. Pour le secrétaire général du COGES, Ousséni Diallo, par ailleurs major du CSPS de Karangasso-Vigué, le bilan est positif, en ce sens que la plupart de leurs objectifs ont été atteints, comparativement à l’année précédente. « En 2016, les dépenses étaient plus que les recettes. Mais cette année, nos recettes ont pu couvrir nos dépenses, et nous avons toujours quelque chose dans la caisse », a indiqué M. Diallo. De son avis, avec la gratuité des soins des enfants, les indicateurs montrent que la consultation curative des enfants au niveau du CSPS a beaucoup augmenté. Le souhait du secrétaire général du COGES, est de faire mieux en 2018, afin de maintenir les acquis et travailler à améliorer et à rehausser les indicateurs au niveau du CSPS de Karangasso-Vigué.

Sitta OUATTARA