Le sergent-chef Roger Koussoubé, allias ''Le Touareg'' a déclaré à la barre qu'il fera des révélations s'il a la garantie que sa famille est sécurisée // Le Forum national de la diaspora réunit du 11 au 13 juillet 2018 à Ouagadougou près de 350 participants //  Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) //  L'Ambassade de la Chine continentale est ouverte à Ouagadougou à partir de ce  12  juillet 2018  // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Les élèves de Zorgho en grève

18/12/2017
710

Les élèves de Zorgho en grève

Zorgho, (AIB) - Les élèves des lycées et collèges de Zorgho, chef-lieu de la province du Ganzourgou, ont entamé, le mercredi 6 décembre 2017, une grève de 72 heures pour réclamer des professeurs et des évaluations et soutenir leurs enseignants. Ils se sont rendus au haut-commissariat de Zorgho où ils ont remis leur message au haut-commissaire représenté par le secrétaire général de la province, Martin Bako.

Ils étaient des milliers d’élèves issus des différents établissements post-primaires et secondaires de la commune de Zorgho à s’attrouper devant le haut-commissariat de ladite ville, le 6 décembre 2017, pour transmettre leur message au premier responsable de la province. Ils ont été accueillis par le secrétaire général de la province, représentant le haut-commissaire. Selon le porte-parole de la coordination communale des élèves et étudiants de Zorgho, la grève fait suite au constat que depuis la rentrée scolaire, plusieurs de leurs professeurs sont absents du fait de leur non-mandatement. A cela s’ajoutent l’arrêt des évaluations par les enseignants dans les classes ou la rétention des copies, les sit-in des enseignants tous les jeudis de 7h à 10h et les grèves à répétition ces derniers temps. Pour eux, cette situation est la preuve du « désintérêt manifeste » des autorités pour une éducation de qualité au Burkina Faso, du mépris des autorités pour les acteurs de l’Education par leur refus de satisfaire les revendications minimales de ceux-ci. Ils ont alors fermement condamné cette « passivité des autorités face aux problèmes criards de l’Education » et réaffirmé leur « soutien indéfectible à leurs enseignants pour la satisfaction de leur plateforme revendicative ». « Nous affirmons que nous resterons toujours déterminés et mobilisés tant que les évaluations resteront suspendues », a dit le porte-parole des élèves. Le secrétaire général de la province a salué le calme dans lequel les élèves ont manifesté leur désarroi et les a rassurés que leur message sera transmis à qui de droit dans les meilleurs délais. Pour le porte-parole des élèves, la transmission du message aux autorités est un premier pas franchi. Il a alors invité ses camarades à rester chez eux durant les 72h de grève, dans l’espoir de se faire entendre.

Moïse SAMANDOULGOU