Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Premières journées promotionnelles de l’artisanat: les artisans de la Boucle du Mouhoun tiennent promesses

15/12/2017
358

Premières journées promotionnelles de l’artisanat

 

Les artisans de la Boucle du Mouhoun tiennent promesses

 

La ville de Dédougou a abrité, du 24 au 26 novembre 2017, les journées promotionnelles de l’artisanat de la région de la Boucle du Mouhoun. Organisées avec le soutien de la coopération autrichienne à travers le Projet d’appui à l’artisanat (PAA), ces journées ont permis aux artisans de la Boucle du Mouhoun de montrer leur savoir-faire dans les filières textile, agroalimentaire, cuirs et peaux.

 

 

« Promotion des produits artisanaux des filières de l’agro-alimentaire, du textile et des cuirs et peaux : quels défis à relever pour une meilleure contribution desdites filières à l’accroissement des revenus des artisans de la région de la Boucle du Mouhoun?». C’est sous ce thème que les premières journées promotionnelles de l’artisanat de la Boucle du Mouhoun se sont tenues, du 24 au 26 novembre 2017 à Dédougou. Ce rendez-vous des artisans du « grenier du Burkina Faso »visait à promouvoir et à développer l’artisanat en stimulant la consommation locale des produits et services des filières textile, agroalimentaire, cuirs et peaux. Ainsi, ces journées promotionnelles ont assuré aux artisans une visibilité de leurs produits et services, contribuant du coup à accroitre les possibilités de commercialisation et d’augmentation des revenus. En sus, des opportunités d’accès au marché que représentent ces journées promotionnelles aux artisans, elles offrent aussi un cadre adéquat de concertation, de partenariats et d’échanges sur leurs préoccupations. Pour ce faire, les artisans de la région ont saisi l’opportunité pour non seulement faire la promotion de leurs produits mais aussi montré au grand public leur savoir-faire. Tout en louant l’initiative de ces journées, les artisans de la région, par la voix de leur porte-parole, Bath-chéba Baziomo/ Tibiri, ont souhaité plus d’accompagnement pour leur pérennisation afin d’encourager la population à la consommation des produits locaux. De l’avis de Aboubacar Sanou, président du conseil régional de la Boucle du Mouhoun et co-parrain des journées, l’artisanat constitue un secteur important dans la vie socioéconomique de notre pays. Autrefois champ d’action des analphabètes et des ruraux, l’artisanat, selon M. Sanou, occupe aujourd’hui de nombreux burkinabè, même des diplômés. Il est le deuxième pourvoyeur d’emplois après les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, et permet la mise en valeur des ressources locales, la production de biens et services à un coût réduit, la promotion et la conservation du patrimoine culturel, poursuit-il. De ce fait, le président du conseil régional a encouragé les artisans de la région à la persévérance  malgré les multiples difficultés qu’ils rencontrent.  Pour Kouka Jérémie Ouédraogo, secrétaire général de la région de la Boucle du Mouhoun, dans un monde de plus en plus marqué par la concurrence et la compétitivité, la recherche permanente de débouchés aux produits de l’artisanat burkinabè en général, et de celui de la région de la Boucle du Mouhoun en particulier, constitue un défi majeur, d’où la nécessité de rechercher les voies et moyens pour donner un label de qualité aux produits locaux afin de permettre aux artisans de vivre décemment du fruit de leur labeur . Ces journées ont aussi été l’occasion d’encourager l’excellence et la qualité du travail. Ainsi, des prix ont été décernés aux meilleurs artisans en vue de susciter la culture de l’excellence dans l’exercice de leur métier. Et c’est Drissa Sidibé, couturier à Dédougou qui a remporté le prix du meilleur stand à travers la valorisation du pagne « danfani ».

Stanislas BADO

AIB/Mouhoun