Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Journée internationale des droits de l’enfant: les enfants plaident pour le respect de leurs droits

07/12/2017
222

Journée internationale des droits de l’enfant

Les enfants plaident pour le respect de leurs droits

Koudougou, (AIB) - L’Organisation pour un développement durable et équitable (ODDE), ex-ONG Promo-femme développement, en collaboration avec des ONG partenaires, ont célébré à Imasgo dans la province du Boulkiemdé, la Journée internationale des droits de l’enfant. Le thème retenu pour cette année 2017 est : « Mobilisons-nous afin que chaque enfant ait accès à une alimentation suffisante et équilibrée ».

Le 20 novembre de chaque année est célébrée à travers le monde, la Journée internationale des droits de l’enfant. La Convention internationale relative aux droits de l’enfant a été adoptée en 1989 par l'Organisation des nations unies dans le but de reconnaître et protéger les droits spécifiques des enfants. Une convention qui contient 54 articles traitant particulièrement du droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité ; le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée ; le droit d’aller à l’école ; le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation ; le droit d’être protégé contre toutes formes de discrimination ; le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir ; le droit d’avoir un refuge, d’être secouru et d’avoir des conditions de vie décentes ; le droit de jouer et d’avoir des loisirs ; le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation ; le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé. Au Burkina Faso, l’ODDE, qui intervient dans cinq communes de la province du Boulkiemdé à travers son Programme d’appui à la sécurité alimentaire dans la province du Boulkiemdé (PASAB), a choisi de commémorer cette journée dans la commune de Imasgo au profit des enfants de la province. La cérémonie commémorative présidée par le préfet du département de Imasgo au nom de l’autorité provinciale, a été ponctuée par plusieurs activités. Les activités, qui se sont déroulées dans la soirée du 20 novembre 2017, ont été menées par les enfants et pour les enfants. Il s’agit principalement de ballets, de récitals, de danse traditionnelle, etc., le tout couronné par la projection d’un film de 13 minutes intitulé « Bila » réalisé en trois jours par les élèves de Imasgo, sous la conduite de Joseph Tapsoba dit Chocho, bien connu du public burkinabè. A l’étape des allocutions, une demi-douzaine d’interventions ont été enregistrées.  Et l’honneur est revenu aux enfants, à travers leur représentant, de dénoncer à la tribune les manquements graves constatés en matière de droits des enfants. Les acteurs de l’éducation dont le directeur de l’école A de Tanghin (Imasgo), l’inspecteur chef de la Circonscription d’éducation de base de Imasgo et le répondant de la question de l’éducation à la mairie de Imasgo ont, tour à tour, intervenu sur le respect des droits de l’enfant. A Imasgo comme partout ailleurs, les exemples sont légion et parfois les enseignants sont obligés d’intervenir pour sauver l’avenir de l’enfant, notamment pour ce qui concerne les actes de naissance, afin de permettre à l’enfant de poursuivre son cursus scolaire. Pour leur part, le directeur exécutif de l’ODDE, Bruno Ouédraogo, et la représentante de la coordonnatrice nationale de Terre des Hommes Suisse, sont revenus sur le sens de la commémoration de la Journée internationale des droits de l’enfant et l’engagement de leurs structures à s’investir pour la promotion des droits de l’enfant. Selon Bruno Ouédraogo, directeur exécutif de l’ODDE, son organisation, en collaboration avec l’OCADES et GASCODE, met en œuvre depuis une dizaine d’années un programme d’appui à la sécurité alimentaire dans la province du Boulkiemdé pour que les enfants et leurs familles aient un accès à une alimentation suffisante et équilibrée avec l’appui de Terre des Hommes Suisse.

Zoom sur le PASAB

Prononçant le discours commémoratif, le préfet de Imasgo a rendu hommage à l’ODDE et à tous ses partenaires qui œuvrent inlassablement pour le bien-être dans la province du Boulkiemdé. Il a par conséquent exhorté les parents d’enfants à saisir l’opportunité pour être réceptifs aux conseils qui leur sont donnés pour l’épanouissement de leurs enfants. Au terme de la cérémonie commémorative, les enfants de Imasgo ont fait un plaidoyer qu’ils ont remis à qui de droit. Dans ce plaidoyer, ils réclament entre autres haut et fort, leur droit d’avoir un acte de naissance et le droit à la nourriture aussi bien à la maison que dans les différentes écoles. En rappel, une des activités du PASAB est de célébrer la Journée internationale de l’enfant chaque année dans une des cinq communes d’intervention de la province du Boulkiemdé. Le programme est financé par Terre des Hommes Suisse / Genève (TDHS) et conduit par l’Organisation pour un développement durable et équitable (ODDE), l’Organisation catholique de développement et de solidarité (OCADES de Koudougou), le Groupe d’appui en santé, communication et développement (GASCODE). A ce jour, le PASAB intervient dans les communes de Koudougou, Imasgo, Poa, Sabou et Ramongo et compte travailler directement avec 1600 ménages. Les objectifs spécifiques du programme sont de s'assurer que les enfants des 40 villages des cinq  communes d’intervention dans la  province du Boulkiemdé aient accès à une alimentation suffisante et équilibrée d'ici à 2020 ; permettre que les mères des enfants des 40 villages disposent de revenus pour une meilleure alimentation des enfants et de leurs familles d'ici la fin des quatre années ; s'assurer que la problématique de l'alimentation des enfants soit prise en compte par les organisations communautaires (conseils communal, OCB, instances du programme, cadres de concertation des enfants et des jeunes) au niveau local d'ici 2020 ; permettre aux trois organisations partenaires du programme d'être des acteurs de changement  en faveur des droits des enfants au Burkina Faso d'ici 2020, à travers l'amélioration de leurs pratiques.

François KABORE