Burkina : une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le  Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, après des échanges avec le président du Faso ce jeudi, a estimé que le vote des Burkinabè de l'étranger est "un droit absolu" / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Exploitation minière :les acteurs de Partiaga s’imprègnent de la règlementation

04/12/2017
502

Exploitation minière

Les acteurs de Partiaga s’imprègnent de la règlementation

 

Tapoa, (AIB) - La mairie de la commune de Partiaga a organisé, le 27 novembre 2017, un atelier de formation sur la loi portant code minier au Burkina, au profit des conseillers municipaux et des leaders communautaires de ladite commune.

 

L’exploitation minière prend de l’ampleur au Burkina Faso. Pour permettre à l’Etat et aux collectivités impactées par l’activité minière de profiter au maximum des revenus de ce secteur, un nouveau code minier a été adopté en 2015 par le gouvernement de transition. Selon le premier adjoint au maire, Ousmane Sinini, la commune de Partiaga, qui va intégrer très prochainement la liste des communes impactées par l’exploitation minière avec l’ouverture de la mine d’or de Boungou, a jugé nécessaire de permettre à ses conseillers municipaux de comprendre les enjeux et le contenu du nouveau code minier et son évolution de 2013 à 2015. D’où cet atelier de deux jours rendu possible grâce au Projet d’appui au développement du secteur minier (PADSEM). Pour ce faire, les deux communicateurs, Mahamoudou Sagnon et Léban Marc Dabiré, ont axé leurs communications sur les principes de la gouvernance du secteur minier, la gestion des autorisations et titres miniers, la gestion de l’environnement, la protection de l’intérêt général, le développement local et la répression des infractions et règlements de litiges. Le deuxième exposé, lui, s’est focalisé sur le fonds minier de développement local, le cadre législatif et règlementaire du fonds, la clé de répartition des ressources du fonds et les mécanismes de transparence  et de suivi de l’utilisation du fonds minier de développement. Le consultant Sayouba Ouedraogo, administrateur général, s’est réjoui de cette formation qui permettra de faire connaître et d’harmoniser les compréhensions sur l’arsenal juridique en matière de mine pour une meilleure application sur le terrain. Pour lui, le cadre de concertation doit être dynamisé afin d’élaborer un plan de travail prenant en compte l’employabilité des jeunes, la diffusion des textes, la tenue régulière des sessions pour discuter les problèmes de la mine.

 

LIDO K. Boureima

AIB/Tapoa