Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Région des Hauts-Bassins : un tournoi pour relancer la lutte traditionnelle

04/12/2017
480

Région des Hauts-Bassins

 

Un tournoi pour relancer la lutte traditionnelle

 

La finale du tournoi de lutte traditionnelle du chef de canton (TOLUCCA) s’est déroulée dans la soirée du samedi 25 novembre 2017, à Bobo-Dioulasso. A l’arrivée, c’est Eloi Zerbo du Nayala qui a remporté le grand prix.

 

Débuté le 23 novembre dernier, la première édition du tournoi de lutte du chef de canton (TOLUCCA) a connu son épilogue dans la soirée du samedi 25 novembre 2017. Les trois premiers des quatre catégories ont été primés, avec des prix d’une valeur totale de plus de 3 millions de FCFA (3.087.500 F). Le grand prix composé d’une ceinture, d’une médaille, et d’un chèque d’un million de FCFA, est revenu à Eloi Zerbo du Nayala. Selon le président du comité d’organisation, le Dr Oumar Sanou, le tournoi a pour but de relancer et de promouvoir la lutte traditionnelle dans les Hauts-Bassins. L’évènement a été parrainé par le ministre des Sports et des Loisirs, le Dr Tahirou Bangré. A cette occasion, celui-ci a promis au comité d’organisation, l’accompagnement de son département. « Mon ministère est toujours prêt à accompagner ces genres d’initiatives qui permettent à la jeunesse de se mettre en évidence », a laissé entendre Tahirou Bangré. Il a affirmé que la lutte est un patrimoine pour le Burkina Faso. Pour le Dr Oumar Sanou, par ailleurs président de la Ligue de lutte traditionnelle des Hauts-Bassins, l’état des lieux de la lutte traditionnelle dans les Hauts-Bassins est sombre. Il a donc plaidé auprès du ministère de la Culture et du Tourisme, et celui des Sports et des Loisirs, pour une amélioration des infrastructures de lutte traditionnelle dans la ville de Bobo-Dioulasso. Cette doléance se résume à « un espace de lutte avec une arène et des gradins ». Suivant toujours Oumar Sanou, cette compétition ambitionne se généraliser à tout le Burkina Faso, et d’avoir même une envergure internationale. Le  chef du canton de Bobo-Dioulasso, Sidiki Sanou a, par la voix du chef de canton de Nouna, Mamadou Traoré, et celle de son jeune frère, Boubakar Sanou, rappelé que la lutte a été le premier sport connu dans les sociétés traditionnelles. Mais, malheureusement, ont-ils déploré, la lutte traditionnelle semble ne plus avoir sa place dans la société actuelle.

Alpha Sékou BARRY