Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Espagne/14e journée: le Barça patine et le Real rate, pas l'Atletico

03/12/2017
435

Espagne/14e journée: le Barça patine et le Real rate, pas l'Atletico

par Jean DECOTTE

Quand Barcelone gâche, le Real Madrid gaspille: le leader blaugrana a concédé un nul évitable 2-2 contre Vigo, samedi pour la 14e journée du Championnat d'Espagne, mais son poursuivant merengue n'en a pas profité à Bilbao (0-0), au contraire de l'Atletico d'Antoine Griezmann.

Vainqueurs de la Real Sociedad 2-1 grâce à l'attaquant français, les "Colchoneros" sont les grands gagnants du week-end en Liga.

L'"Atleti" (3e, 30 pts) revient à six longueurs seulement du FC Barcelone (1er, 36 pts) et à un point de Valence (2e, 31 pts), opposé à Getafe dimanche. Le tout en consolidant sa troisième place devant le Real Madrid (4e, 28 pts), qui a raté une occasion en or de relancer la course au titre à trois semaines du clasico Real-Barça du 23 décembre.

"Je suis très déçu", a commenté Zinédine Zidane, l'entraîneur du Real. "On savait avant de jouer qu'on avait la possibilité de réduire l'écart. C'est d'autant plus dommage que nous avons tout donné. Nous méritions mieux."

Deux autres Français ont accaparé la lumière samedi, en bien et en mal. Au stade Metropolitano de Madrid, Griezmann a joué les sauveurs en marquant le but de la victoire à la 88e minute. Et par respect pour son club formateur, il n'a pas célébré.

A l'inverse, le défenseur barcelonais Samuel Umtiti a été victime d'une grave blessure à une cuisse sur une action qui a conduit à l'égalisation du Celta Vigo. Absent pour les deux prochains mois, il ratera notamment le clasico face au Real.

- La blessure d'Umtiti coûte cher -

En vue de ce choc au stade Santiago-Bernabeu, le Barça a au moins préservé son avance samedi mais la perte d'Umtiti est cruelle. En outre, cela fait deux week-ends d'affilée que l'équipe d'Ernesto Valverde joue très bien mais concède le nul.

"Nous avons eu des occasions de gagner mais le football est comme il est", a déploré l'entraîneur barcelonais.

Samedi à la mi-journée, son équipe a souffert face aux contre-attaques du Celta, entraîné par Juan Carlos Unzué, ex-adjoint de Luis Enrique au Barça (2014-2017).

Après l'ouverture du score signée Iago Aspas (20e), Messi avait pourtant permis au Barça de virer en tête avec un but entre les jambes du portier (22e) et une passe laser pour Jordi Alba, qui a servi Luis Suarez, buteur d'un plat du pied (62e).

Mais le Barça n'a pas plié le match et la blessure d'Umtiti a coûté cher: égalisation de Maxi Gomez (70e) et longue absence en vue...

Cette contre-performance barcelonaise aurait pu donner des ailes au Real Madrid. L'équipe championne d'Espagne en titre a pourtant raté le coche.

- Le Real douché, l'Atletico libéré -

Douché sous la pluie à Bilbao, le onze de gala du Real a peiné: Karim Benzema a tiré sur le poteau (8e) et Cristiano Ronaldo s'est signalé par sa maladresse (17e, 36e, 72e) avant d'écoper d'un carton jaune pour un coup de pied empreint de frustation (92e+2).

Au fil des minutes, l'équipe de Zidane n'a cessé de s'enferrer dans la défense basque. Et Sergio Ramos, qui faisait son retour avec un masque de protection après une fracture du nez, a été exclu à la 86e minute pour un deuxième carton jaune récolté, comme le premier, pour un coup de coude sur un duel aérien.

Bref, la bonne opération est pour Séville (5e, 28 pts), vainqueur de La Corogne 2-0, et pour l'Atletico, qui a renversé la Real Sociedad malgré l'ouverture du score sur penalty de Willian José (29e).

Après la pause, le latéral Filipe Luis a égalisé (63e) et Griezmann a fini par libérer les siens en se jetant au second poteau (88e).

Un sacré coup de fouet au moral pour les "Colchoneros", à trois jours de jouer leur avenir européen contre Chelsea mardi en Ligue des champions.

"Le plus important, c'est la victoire. Cela nous donne confiance", a conclu Griezmann. "Maintenant, nous allons essayer de gagner (contre Chelsea) parce que notre équipe en est capable."

(afp)