Le président du Faso a décidé de la tenue du Conseil supérieur de la défense  désormais chaque deux semaines (Premier ministre) // Levée (très bientôt) des mesures de suspension des regroupements de chauffeurs routiers et des transporteurs suspendus en fin août dernier// Plus de 400 présumés terroristes ont été arrêtés (Ministre de la Sécurité) // Le MPP tient du 15 au 27 septembre 2018, sa rentrée politique // Le gouvernement a adopté ce mercredi 12 septembre en conseil des ministres, la liste des produits soumis à autorisation spéciale d'importation et d'exportation // Le gouvernement burkinabè menace de retirer, d'ici à fin septembre 2018, les parcelles non encore mises en valeur dans la Zone d'activés commerciales et administratives (ZACA) de Ouagadougou // 

      




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

La problématique du sport pour tous examinée au 36e CASEM du ministère des sports

30/11/2017
2 946

La problématique du sport pour tous examinée au 36e CASEM du ministère des sports


Ouagadougou, 30 nov. 2017 (AIB) – Le ministère des sports et des loisirs a organisé jeudi à Ouagadougou son conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) où le sport pour tous était au centre des débats.


C’est sous le thème «Sport pour tous au Burkina Faso: les défis de sa généralisation» que le 36e CASEM; le 2e de l’année 2017, s’est tenu sous la présidence du ministre des sports et des loisirs Tahirou Bangré.


Plusieurs communications sur le thème ont tenu en haleine les participants. La première a fait un rappel sur la pratique du sport de masse sous la révolution, qui a connu une adhésion populaire. Ce qui a valu au Burkina Faso en 1986, de se voir décerner le trophée Nelson Mandela par l’Union africaine de sport pour tous.


Cette pratique n’a pas continué après la révolution et le ministère des sports l’a ressuscité en 2006 en créant la direction du sport pour tous. Et de nombreux défis restent à relever tels que «le maillage institutionnel, la disponibilité des infrastructures, l’opérationnalisation de l’encadrement, une communication beaucoup plus accrue et enfin la mobilisation des ressources», indique le rapport du CASEM.


Pour le ministre des sports Tahirou Bangré, «au-delà des discussions et échanges sur les questions à l’ordre du jour, ce cadre permet une socialisation favorable à l’affermissement des relations de travail. En outre, il améliore notre communication à l’interne ainsi que la visibilité de la contribution de notre département à l’action du gouvernement».


«Notre ambition est de faire en sorte que chaque Burkinabè soit un pratiquant régulier des activités physiques et sportives dans des conditions sécurisées afin d’en tirer tous les bienfaits», a-t-il ajouté.


Pour tenir le pari une coupe du ministre des sports et des loisirs a été créée en 2014 où ministères et institutions y prennent part.
AS/