Le sergent-chef Roger Koussoubé, allias ''Le Touareg'' a déclaré à la barre qu'il fera des révélations s'il a la garantie que sa famille est sécurisée // Le Forum national de la diaspora réunit du 11 au 13 juillet 2018 à Ouagadougou près de 350 participants //  Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) //  L'Ambassade de la Chine continentale est ouverte à Ouagadougou à partir de ce  12  juillet 2018  // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

«Des discussions fructueuses» avec Le Drian pour l’opérationnalisation du G5-Sahel (Alpha Barry)

29/11/2017
624

Burkina-France-Diplomatie

«Des discussions fructueuses» avec Le Drian pour l’opérationnalisation du G5-Sahel  (Alpha Barry)

Ouagadougou, 28 nov.2017(AIB)-Le chef de la diplomatie burkinabè a indiqué mardi, qu’il a eu «des discussions fructueuses» avec  son homologue français Jean-Yves Le Drian, en vue d’accélérer  l’opérationnalisation  de la force conjointe anti-terroriste du G5 Sahel.

 «C'a été des discussions assez fructueuses  tant  sur le plan bilatéral que pour les questions de sécurité  dans la zone sahélienne mais également sur l’opérationnalisation de la force conjointe du G5», a indiqué le ministre burkinabè en charge des Affaires  étrangères.

M.Barry s’exprimait mardi soir,  après un tête-à-tête  avec le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en marge  de la visite officielle entamée lundi  par  le  président Emmanuel Macron.  

Selon lui, le Burkina fait  face à des attaques terroristes  répétées  notamment dans sa partie nord  et sahélienne. Ce qui correspond au fuseau central  par lequel, il est prévu  que la force conjointe du G5 Sahel doit commencer ses premières opérations.

«Il y a d’ailleurs  eu une première opération qui a été selon les informations que nous avons réunies, couronnée de succès  et on attend que la force soit pleinement opérationnelle», a relevé le chef de la diplomatie burkinabè.

Mais à en croire le ministre Barry, cela demande  un  financement total qui a été évalué  à 423 millions d’euros.

«Nous n’avons réuni que 108 millions. Mais la bonne nouvelle, il y a  l’Arabie Saoudite qui annonce 100 millions de dollars».

Il a aussi  indiqué que les échanges ont porté sur les préparatifs  de la réunion de  Bruxelles qui devrait réunir «les contributeurs» de la force conjointe  et fixer un calendrier «réel».

Agence d’Information du Burkina

als/ata