Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Cadre de concertation des Hauts-Bassins : des traces de la dengue dans la région

27/11/2017
2 079

Cadre de concertation des Hauts-Bassins

 

Des traces de la dengue dans la région

 

Le cadre de concertation régional des Hauts-Bassins a tenu sa deuxième session ordinaire de l’année en cours le mercredi 22 novembre 2017, à Bobo-Dioulasso. Les échanges ont principalement porté sur la situation sanitaire actuelle de la région, et les résultats de l’année scolaires précédente.

Après la première qui s’est tenue le 21 juillet dernier, le cadre concertation régional des Hauts-Bassins s’est réuni le mercredi 22 novembre dernier, pour la deuxième session ordinaire de l’année 2017. Ladite session a été présidée par le Secrétaire Général de la région (SGR) des Hauts-Bassin, Bernard Béba. Les principaux sujets du jour, sont entre autres, l’évolution de la  situation sanitaire de la région,  les résultats des examens  scolaires l’année 2016-2017, ou encore le projet « BID-UEMOA », qui intervient dans le domaine de l’hydraulique et de l’assainissement en milieu rural. L’information phare concernant la situation sanitaire de la région, est l’apparition de la dengue. Selon le Directeur régional de la santé des Hauts-Bassins, Seydou Ouattara, 238 cas dont 139 « suspects » et 99 « probables », à ce jour, ont été dénombrés. Le paludisme reste la première cause de consultation dans les huit districts sanitaires des Hauts-Bassins, avec un taux de prévalence de 33,95%. Le Dr Ouattara a en outre relevé l’inaccessibilité géographique des formations sanitaires. Et pour y remédier il a proposé  la construction de 24 centres de santé et de promotion sociale (CSPS), l’érection de 3 CMA.   Et la construction d’un hôpital « du même standing que celui du district  Bogodogo à Ouagadougou», pour suppléer le CHUSS, carrément débordé, et dépassé, aux yeux de Seydou Ouattara.

 

Moisson moins bonne dans le secteur de l’enseignement

 

La situation scolaire abordée au cours des échanges, est dans l’ensemble,  peu reluisante. La moisson n’a pas été bonne au niveau de l’enseignement post-primaire et secondaire, par rapport aux résultats des examens de l’année 2015-2016, à en croire le représentant de la direction régionale des enseignements post-primaire et secondaire (DREPS) des Hauts-Bassin, Sié Hien. « Le BEPC a connu un taux de succès de  26,44% à la session 2017, contre 27,97% la session précédente » a-t-il indiqué. Quant-au Baccalauréat, suivant toujours le représentant de la DREPS, il a enregistré un taux de réussite de 35,54%  en 2017 contre 36,04% la session 2016.  Parmi les causes de cette baisse de performance, il y a le manque d’enseignants et le manque de planification dans les processus d’ouvertures des établissements, de l’avis de M. Hien. Ce qui  est reprochable, à ses dires, aux politiques. Il a argué que la création d’établissement ne va pas au même rythme que la formation d’un encadreur. « Ouvrir les établissements c’est bien, mais s’assurer d’abord qu’ils auront des enseignants est mieux » a-t-il dit. Le primaire quant-à lui, semble avoir tiré mieux son épingle du jeu. Le certificat d’étude primaire (CEP) et les résultats du concours d’entrée en 6e  ont connu une progression. De 58,09% en 2016, le taux de succès au  CEP dans la région est passé à 70,64%. Le taux de succès au concours d’entrée en 6e a quitté 49,39% pour 51,52%, selon représentant la Direction régionale de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle, Moulaye Sanon.

Alpha Sékou BARRY