Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Campagne cotonnière 2017-2018 : des producteurs de Houndé ont commencé à empocher les sous

27/11/2017
225

Campagne cotonnière 2017-2018

 

Des producteurs de Houndé ont  commencé à empocher les sous

 

Les premiers responsables de la SOFITEX et d’Ecobank-Burkina Faso ont rencontré des cotonculteurs le jeudi 23 novembre 2017 à Houndé. Le motif de cette rencontre : s’assurer que les premiers paiements des récoltes de coton sont effectifs. 

Des producteurs de la région cotonnière de Houndé ont vu leurs efforts récompensée dans la matinée du jeudi 23 novembre 2017. Le Directeur Général d’Ecobank-Burkina Faso, Cheikh Travaly, sous le regard de son homologue de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), Wilfried Yaméogo, y a procédé à des paiements de récoltes précoces de coton.  Quatre groupements de producteurs de coton (GPC) ont empoché, plus de seize millions de FCFA (16.940.305 FCFA), pour une production totale de 180 tonnes de coton. Une somme qui correspond aux dires de M. Yaméogo, à « la marge après remboursement des intrants ». L’objectif de la sortie, pour Wilfried Yaméogo, est de s’assurer et d’assurer aux producteurs, de l’effectivité des premiers paiements. « Nous avons voulu par notre présence auprès d’Ecobank, témoigner notre intérêt pour le bon déroulement des paiements et surtout féliciter ces producteurs» a-t-il fait savoir.

 

120 mille tonnes attendu dans la zone de Houndé

 

De quoi réjouir ces  producteurs d’or blanc. Amadé Tinto, le trésorier du GPC  Relwinde Natini, un des quatre GPC, dit être satisfait de ce paiement. « Nous pourrons poursuivre sereinement notre récolte. Et satisfaire nos besoins cruciaux comme la scolarité des enfants » déclaré M. Tinto. Le patron de la SOFITEX, Wilfried Yaméogo a, en outre annoncé qu’il est attendu dans cette zone, 120 mille tonnes de coton graine. Ce qui rapportera près de 16 milliards de FCFA  aux cotonculteurs de la zone, après le remboursement des crédits. M. Yaméogo a, à cette occasion saluer les producteurs, avant de les encourager à faire des récoltes précoces. La SOFITEX, a assuré le DG Yaméogo, est disposée à faire les paiements partiels, pourvu que les producteurs qui ont déjà pesé le coton  introduisent les demandes de paiement. Il a déclaré que 70 milliards de FCFA, seront mobilisés auprès d’un pool bancaire national composé de 13 banques. Et l’argent, à l’entendre, est même déjà disponible et la convention du financement sera signée le 8 décembre prochain à Ouagadougou.

 

Un dispositif plus performant à Bobo III

Dans la même lancée que son homologue de la SOFITEX, le DG de Ecobank-Burkina Faso, a dit être venue superviser « personnellement » ce paiement, pour rassurer les (GPC) que toutes les mesures ont été prises  pour « un paiement diligent, rapide et dans les meilleures conditions de sécurité ». Cheikh Travaly a profité rasséréner les cotonculteurs  que tout le pool bancaire, dont il est d’ailleurs« le chef de fil », est mobilisé pour faire en sorte que les 70 milliards nécessaire au bon déroulement de la campagne 2017-2018 soit disponible à bonne date. Ecobank, a souligné M. Tavaly,  est non seulement partenaire de la SOFITEX, mais aussi de toute la filière coton au pays des hommes intègres. Après Houndé, cette sortie de la SOFITEX s’est poursuivie à Bobo-Dioulasso, dans l’usine d’égrenage de Bobo III. Là, Wilfried Yaméogo a pu constater le fonctionnement du nouveau dispositif mis en place pour l’égrenage et l’emballage du coton. Un nouveau système d’emballage plus économique, et plus performant, à écouter le Directeur industriel de la SOFITEX, Vincent de Paul Segda. Le dispositif en question, appelé « Kit de cerclage automatique à feuillards », utilise comme attaches, 6 feuillards en polyester en lieu et place des 8 liens en aciers utilisés jusque-là. Et cela permet, a signifié le Directeur industriel, d’économiser  750 FCFA par balle. M. Segda a projeté une économie par campagne, de 750 millions de FCFA, si ce système est installé sur l’ensemble des usines de la SOFITEX. 

Alpha Sékou BARRY