Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Démocratie participative dans la Tapoa: le Cadre unitaire d’action apporte sa contribution

27/11/2017
547

Démocratie participative

Le Cadre unitaire d’action apporte sa contribution

Diapaga, (AIB) – La section de Diapaga du Cadre unitaire d’action (CUA) du Groupe d’études et de recherche sur la démocratie et le développement économique et social (GERDDES) a animé, le 28 octobre 2017, une séance de sensibilisation à l’endroit des membres de la Coordination communale de Diapaga sur leur participation citoyenne à la vie de la commune.

A l’ouverture de la cérémonie, le secrétaire permanent du Cadre unitaire d’action (CUA) section de Diapaga, Seydou Lompo, a souligné que cette rencontre devrait permettre de dynamiser sa structure dans la relance de ses activités. Cette rencontre a permis aux femmes de faire le bilan de leurs activités et d’évaluer l’accompagnement de la municipalité. De ce bilan, il ressort que la commune soutient les femmes dans l’organisation du 8-Mars. Les autres dépenses (entretien du local et du mobilier) sont supportées par les recettes générées par le moulin à grain. Comme activités menées, les femmes de Diapaga ont organisé les journées promotionnelles des produits locaux, des théâtres-fora sur l’accès des femmes à la terre avec la troupe Tin Taani. Elles ont créé une mutuelle pour faire face aux difficultés de leurs camarades.  A la question de savoir ce qu’elles attendent de la mairie, elles ont cité la réfection de leur local, la construction d’un mur, l’adduction d’eau, la construction de boutiques de rue, la formation des filles en couture et en coiffure. Pour la trésorière de la Coordination, Joséphine Coulidiati, le recrutement d’un gardien et la mise en place d’une enseigne s’imposent. A l’en croire, les femmes de Diapaga sont disposées à participer au développement de la commune si la mairie accepte de leur donner un coup de main.

K. Boureima LIDO

                                                                                                                  AIB /Tapoa