Burkina : les ministres des pays membres du G5-Sahel en charge des cultes, à Ouagadougou les 26 et 27 avril, contre la radicalisation / une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Accès des femmes à la terre :l'association des femmes juristes sensibilise les leaders à Loumbila

27/11/2017
551

Accès des femmes à la terre

L'association des femmes juristes sensibilise les leaders à Loumbila

Ziniaré, (AIB) - L'Association des femmes juristes du Burkina Faso (AFJ-BF) a organisé, le samedi 18 novembre 2017 à la mairie de Loumbila, une rencontre de sensibilisation au profit des leaders coutumiers et religieux. L'objectif visé était d'informer et de sensibiliser ces leaders à l'accès des femmes à la terre en vue de contribuer à l'amélioration de la situation sociale et juridique de la femme. Cette rencontre a été présidée par Martine Sawadogo, 2e adjointe au maire de la commune de Loumbila.

La problématique de l'accès de la femme à la terre constitue un défi majeur à relever pour l'amélioration des conditions socioéconomiques des femmes. Majoritairement analphabètes, les femmes font aussi face aux pesanteurs socioculturelles qui constituent un frein à leur accès aux sphères de décisions et à leur émancipation. A cette situation s'ajoutent les difficultés d'accès à la formation, à l'information et surtout à l’autonomisation économique. A tous les niveaux de la course au développement, les femmes sont souvent exclues ou laissées à la traine. En vue d'apporter une solution à cette situation, l'Association des femmes juristes du Burkina Faso (AFJ-BF) a élaboré un plan stratégique 2016-2020. Financé par l'ambassade du Danemark, ce plan vise à contribuer à l'amélioration de la situation sociale et juridique des femmes et des jeunes filles du Burkina Faso. Cette contribution passe par la formation, la sensibilisation, la recherche-action, le plaidoyer, l'assistance juridique et judiciaire. Pour son plan annuel de travail 2017, l'AFJ-BF a initié des journées de réflexion avec les leaders d'opinion sur plusieurs thèmes dont l'accès des femmes à la terre. C'est dans cette dynamique que s’est tenue cette rencontre avec les leaders coutumiers et religieux de la commune de Loumbila. L'objectif était de les sensibiliser aux droits des femmes à la terre, les avantages pour les femmes de disposer de terres d'exploitation et d'habitation. Cette initiative a été jugée pertinente par Martine Sawadogo, 2e adjointe au maire de Loumbila. C'est pourquoi elle a remercié les membres de l'AFJ-BF pour le choix de sa commune pour abriter cette conférence. Sylvie Sérémé/Tapsoba de l'AFJ-BF a salué la présence des leaders d'opinion et des femmes à cette rencontre. Après avoir défini certains concepts liés à la thématique, elle s'est appesantie, dans sa communication, sur la loi portant régime foncier rural au Burkina Faso. Les questions spécifiques de la femme dans cette loi et les avantages de l'accès sécurisé des femmes à la terre ont fait l'objet de débats. « La loi relative au régime foncier rural permet l'accès et le contrôle de la terre et de ses ressources à tout Burkinabè, sans discrimination de sexe ni de condition socioprofessionnelle. Rien que l'application de ces textes devrait protéger les femmes et leur permettre d'exercer pleinement leurs droits fonciers. Malheureusement, pour diverses raisons, l'accès des femmes à la terre demeure problématique », a ajouté Mme Sérémé avant de conclure : « La femme qui a un champ (facteur de production) bien exploité, peut contribuer à l'atteinte de l'autosuffisance alimentaire. Une fois qu'elle est exploitante sécurisée, la femme peut mieux contribuer à la restauration des sols, bénéficier d'encadrement et d'appuis divers. La femme qui peut se garantir des revenus, peut contribuer à l'épanouissement socioculturel de sa famille et participer facilement aux activités politiques et associatives de sa localité ». Au cours des débats, tous les participants ont reconnu la complexité de la question mais gardent l'espoir qu'avec les actions de sensibilisation et l'adoption de nouvelles politiques, les tendances seront inversées. Cette rencontre a été également l'occasion de faire la présentation de l'AFJ-BF.

 

Abdias Cyprien SAWADOGO