Pose ce 15 octobre à Ouagadougou de la 1re pierre d'un mémorial en souvenir à Thomas Sankara, à l'occasion du 31e anniversaire de son assassinat // Le parlement burkinabè demande un suivi rigoureux de ses recommandations relatives à la situation sécuritaire nationale // Le gouvernement  rassure de sa bonne foi à tenir ses engagements en ce qui concerne l'application du protocole d'accord signé avec les syndicats de l'éducation // Les députés burkinabè ont promis de contribuer à l'effort de guerre contre le terrorisme, à hauteur de 1 million FCFA chacun // 




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Insécurité alimentaire et pauvreté : des infrastructures de conservation du niébé inaugurées à Ourgou-Manéga

23/11/2017
934

Lutte contre l'insécurité alimentaire et la pauvreté

 

Des infrastructures de conservation du niébé inaugurées

 

Ziniaré, (AIB) - L'Association Teel-Taaba de l'Oubritenga (ATTO) a procédé, le mardi 7 novembre 2017 à Ourgou-Manéga, à l'inauguration d'infrastructures. D'une valeur de plus de 10 millions de francs CFA, ces infrastructures contribueront à la conservation et au stockage du niébé produit par les membres de l'association. C'était sous le parrainage de la directrice régionale en charge de l'Agriculture du Plateau central et le patronage du haut-commissaire de la province de l'Oubritenga.

Créée en 2009, l'Association Teel-Taaba de l'Oubritenga (ATTO) s'est engagée à apporter sa contribution à la promotion de la santé des populations, à la réduction de la pauvreté des communautés rurales et à l'amélioration des conditions de vie des populations. Dans le domaine de la lutte contre l'insécurité alimentaire et la pauvreté, l'association a formé seize groupements de femmes aux techniques de production et d'utilisation de pesticides biologiques et de conservation du niébé. Ainsi outillées, les femmes sont passées à la phase pratique en produisant du niébé. Mais à l'issue des récoltes du niébé, les femmes avaient des difficultés de conservation et de stockage de leurs productions. 

C'est ainsi qu'avec l'appui des partenaires de l'association, des infrastructures ont été réalisées pour permettre la conservation et le stockage du niébé. Avant de mettre en service ces infrastructures réalisées, il était impérieux de procéder à leur inauguration. Pour Saïdou Eric T. Ouédraogo, président de l'ATTO, «ces infrastructures réalisées se composent d'un magasin de stockage d'une capacité de 500 tonnes et d’un bureau abritant le siège de l'association. Le coût total de ces réalisations est estimé  à 10 365 500 F CFA. L'inauguration de ces joyaux marque ainsi la fin des difficultés liées à la conservation et au stockage du niébé. Aussi, les femmes seront dotées de charrues pour le labour afin d'accroître leurs productions ».Ces réalisations ont été bien appréciées par le maire de la commune, la représentante des productrices de niébé et le représentant de la directrice régionale de l'Agriculture du Plateau central.

 Tous les intervenants ont remercié les responsables de l'association et leurs partenaires pour leur accompagnement et leur soutien aux femmes productrices de niébé. En effet, la réalisation de ces infrastructures et le don d'équipements agricoles ont été possibles grâce à la Confédération suisse, par le biais de Valérie Guigoz, Laurent Burcher et Céline Guigoz. Les partenaires présents à cette cérémonie se sont réjouis de l'aboutissement de ce projet et du dynamisme de l'association. Au regard de la situation de la présente campagne agricole, le président de l’ATTO a lancé cet appel : « La mauvaise pluviométrie de cette année a négativement joué sur le rendement de notre production agricole. Pour cette campagne, nos femmes productrices de niébé ont récolté 4,8 tonnes sur une superficie emblavée de 21 hectares alors que la campagne précédente, elles ont récolté 4,4 tonnes sur seulement 5 hectares. De ce fait, nous constatons qu'un problème d'insécurité alimentaire pointe à l'horizon. C'est pourquoi j'interpelle les plus hautes autorités à prendre des mesures idoines pour juguler cette crise alimentaire ». 

Outre le domaine de l'agropastoralisme, l'association œuvre dans la promotion de la santé à travers la lutte contre le VIH/Sida, le paludisme, la tuberculose et la promotion de l'abandon des mutilations génitales féminines. Pour ce faire, elle mène des campagnes de sensibilisation et d'information, des sessions de formation, assure la prise en charge scolaire des orphelins et enfants vulnérables. Le préfet du département de Ourgou-Manéga Sylvère Y. Sawadogo, représentant le haut-commissaire de la province, a félicité l'association et ses partenaires pour leur contribution au développement. M. Sawadogo a souhaité que d'autres associations puissent suivre l'exemple de l'ATTO pour l'épanouissement socioéconomique des populations et particulièrement des femmes. La cérémonie a pris fin par la remise de charrues aux femmes, de kits scolaires aux orphelins et enfants vulnérables et par la coupure symbolique du ruban suivie de la visite des locaux par les autorités et les invités.

Abdias Cyprien SAWADOGO