Burkina : les ministres des pays membres du G5-Sahel en charge des cultes, à Ouagadougou les 26 et 27 avril, contre la radicalisation / une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Croisade contre l’intolérance religieuse :le cheikh Soufi Moaze prêche la paix à Gourcy

20/11/2017
1 128

Croisade contre l’intolérance religieuse

Le cheikh Soufi Moaze prêche la paix à Gourcy

Gourcy, (AIB) - Le cheikh Soufi Moaze était à Gourcy où il a prêché sur la tolérance religieuse et le civisme. C’était dans la nuit du vendredi 10 novembre 2017, en présence du haut-commissaire de la province du Zondoma, Ouo Bibata Bamouni/Traoré, du curé de la paroisse de Gourcy et des imams venus des quatre coins de la province.

Le guide spirituel, cheikh Soufi Moaze, a initié une tournée de sensibilisation sur l’ensemble du territoire burkinabè, dans le but de s’attaquer à l’intolérance religieuse et à l’incivisme, deux phénomènes qui prennent de l’ampleur dans notre environnement. Cette croisade l’a conduit à Gourcy, le vendredi 10 novembre 2017, où il a communié, à partir de 20h à la place de la grande mosquée, avec la population sortie massivement. Prenant la parole à cette occasion, le haut-commissaire a tenu à remercier et féliciter le guide spirituel pour cette vision qui vient renforcer les actions du gouvernement en faveur de la paix et de cohésion sociale. A sa suite, le curé la paroisse de Gourcy, abbé Charles Soro, a salué cette démarche qui, selon lui, contribue à la construction d’une véritable paix dans notre société. « Toutes les religions mènent  au même Dieu », a souligné le curé pour qui le plus important est la bonne pratique de sa foi dans le respect de l’autre. Avant d’aborder le sujet du jour, le public a suivi une vidéo traitant des différentes tournées déjà effectuées par le guide de 2008 à nos jours. « J’ai foi que la paix sera éternelle au Burkina ». C’est par ce propos plein d’optimisme que le cheikh a entamé son adresse à la population. Il fonde sa conviction sur l’engagement de tous les leaders dans la recherche de cette paix. Avant de poursuivre, il précisera que ses actions, loin d’être politiques, représentent sa contribution en tant que guide spirituel à l’édification d’une société paisible. Et partant de l’exemple des relations du prophète Mohamed (S.A.W) avec les autres communautés, qui étaient dépourvues de toute forme de violence, il dénoncera certains actes barbares posés aujourd’hui sous le couvert de l’Islam. « Aucune religion n’enseigne la violence », a-t-il ajouté. Et aux jeunes aveuglés par la recherche de la fortune, il leur signifiera qu’aucune réussite n’est possible pour celui qui ne respecte pas ses parents. La crainte de Dieu, l’acceptation de l’autre dans sa différence, le respect de la dignité humaine, l’amour du prochain, le civisme, la tolérance ont été les thèmes développés. Il  terminera sa prédication en formulant des bénédictions pour tous et pour la paix dans le monde. « L’accueil à nous réservé par les autorités et la communauté toute entière, ajouté à la forte mobilisation de ce soir sont une grande satisfaction pour nous », a mentionné le président de la communauté sophiste avant de se retirer. Il  ne manquera pas non plus de remerciements à l’endroit de tous et particulièrement au curé de la paroisse de Gourcy qui est resté à ses côtés jusqu’à la fin de l’activité.   

                                                                                            Aziz KIEMDE

 (Collaborateur)