Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Echos de l’Ouest

16/11/2017
324

Echos de l’Ouest

 

*Bobo-Dioulasso : un nouveau commandant pour l’ENASAP

L’Ecole nationale des sapeurs-pompiers (ENASAP), implantée au secteur 20 de Bobo-Dioulasso, a un nouveau commandant. Il s’agit du capitaine Mamadou Go. Il remplace à ce poste le capitaine Gérard Zouno. Ce dernier, admis en stage, dirige l’Ecole depuis fin 2015. Selon une source que nous avons jointe au sein de l’ENASAP, la cérémonie de passation sera présidée ce vendredi 17 novembre 2017, par le commandant de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP), Ernest Kisbedo.

 

*S.O.S : une fosse de vidange pour la MACB

Des eaux usées de la Maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso polluent l’atmosphère des riverains du caniveau, longeant l’Avenue du gouverneur Louveau. En effet, une eau sale et nauséabonde, provenant de la MACB, se déverse dans ce caniveau jusqu’au marigot Houet. Une situation désagréable pour les riverains qui peinent à respirer, et pour les silures sacrés, qui vivent dans le marigot Houet. Une source nous a confié que cette eau vient des lavabos. De l’avis de notre interlocuteur, les fosses septiques de la Maison d’arrêt sont dépassées. Il a fait comprendre qu’un dossier de demande de construction de nouvelles fosses et d’acquisition d’un camion de vidange, a été monté. A ce dossier, il a ajouté que la MACB est en train de monter un projet pour demander des bacs à ordures. Selon notre source, c’est la commune de Bobo-Dioulasso qui vient en aide actuellement à la MACB, pour la vidange des fosses septiques. En attendant la concrétisation des différents projets, les riverains également doivent faire preuve de civisme, en ne jetant pas les eaux sales dans le même canal, à ciel ouvert. Il est souhaitable qu’il soit couvert par des dalots. Là-dessus, c’est la mairie qui est interpellée.

 

 

 

*Infrastructuresdu 11-Décembre: Entre inquiétudes et assurances

A moins d’un mois de la célébration du 11-Décembre à Gaoua, tout laisse croire que toutes des infrastructures ne seront pas réceptionnées à temps. Par ailleurs, des habitants de la ville s’inquiètent de la qualité des infrastructures qui seront bientôt livrées. Inquiets, car pour eux, certains travaux sont en train d’être réalisés dans la précipitation. D’où la peur de voir des travaux « bâclés » avant et après la célébration à Gaoua. A les entendre, le mieux est de prendre tout le temps pour construire des infrastructures de qualité. Quant au directeur régional des infrastructures du Sud-Ouest, Seydou Traoré, il rassure la population de la qualité des travaux. Selon lui, des entreprises ont été recrutées pour veiller sur la qualité des travaux. A l’en croire, les entreprises ont l’obligation d’un contrôle intérieur sur la qualité des travaux. Aussi, a-t-il ajouté, la mission des bureaux de contrôle est de veiller sur la qualité des travaux. Enfin, il y a la supervision qui est assurée par l’Agetib, a-t-il poursuivi. « Les travaux sont soumis à une garantie annuelle. Si dans un an, il y a des malfaçons, l’entreprise sera obligée de réparer ses malfaçons, à ses frais »,a-t-il conclu.