Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Burkina: Environ 4.000 diabétiques enregistrés dans les formations sanitaires, au premier trimestre 2017

14/11/2017
911

Burkina Faso-Santé-Diabète-Journée

Burkina: Environ 4.000 diabétiques enregistrés dans les formations sanitaires, au premier trimestre 2017

Ouagadougou, 14 nov. 2017 (AIB) Au cours du premier trimestre de l’année en cours, 3.095 cas de diabète ont été notifiés dans les formations sanitaires au Burkina Faso, a-t-on appris mardi, de source médicale, à l’occasion de la journée mondiale dédiée à la maladie.

«Le diabète constitue un motif de plus en plus fréquent de consultation dans les formations sanitaires», a déclaré le coordonnateur du Programme national de lutte contre les maladies non transmissibles (PNMNT), Dr Paulin Somda.

Pour Dr Somda qui s’exprimait, mardi après-midi, en marge de la célébration de la journée mondiale du diabète, les 3.095 cas de diabète ont été notifiés en consultation dans les Centres médicaux (CM), les  Centres médicaux avec antenne chirurgicale (CMA), les Centres hospitaliers régionaux (CHR) et les Centre hospitaliers universitaires (CHU).

Il a précisé qu’au cours de la même période (1ertrimestre de 2017), 517 cas de diabète ont été enregistrés dans la Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) du Burkina Faso.

Dans sa déclaration liminaire, Dr Paulin Somda, a indiqué qu’au Burkina Faso, selon une enquête nationale réalisée  en 2013, la prévalence globale du diabète était de 4,9% au sein de la population de 25 à 64 ans.

Et d’ajouter que la prévalence augmentait globalement avec l’âge et que les femmes de 55 à 64 ans avaient la prévalence la plus élevée (10,3%).

 Aux dires du médecin, il n’existe pas de cause précise, mais un ensemble de facteurs favorisants ou facteurs de risque que l’on classe en facteurs de risque non modifiables et en facteurs de risques modifiables.

En guise de mode de prévention, le coordonnateur du PNMNT a conseillé aux populations de contrôler leur alimentation, en modérant notamment, la consommation du sucre, d’aliments très gras, etc.

Il a aussi préconisé la pratique d’activité physique et/ou de sport pour tout individu, ainsi que des consultations régulières pour vérifier le taux de glycémie dans le sang.

L’animateur principal de la conférence de presse a renseigné que face au défi que représente le contrôle des MNT (Maladie non transmissibles) en général et le diabète en particulier, des actions sont entreprises par le ministère de la Santé pour en réduire la morbidité et la mortalité.

Au nombre des actions, Dr Paulin Somda a cité, entre autres,  «l’organisation du système de santé qui permet  une décentralisation de la prise en charge des maladies diabétiques», «la prise en compte du diabète dans les contenus de formation de base des personnels paramédicaux» et «l’amélioration de l’accès aux médicaments antidiabétiques à travers la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques (CAMEG)».

La communauté internationale célèbre chaque 14 novembre, la journée mondiale du diabète.

Au Burkina Faso, cette année, le ministère de la Santé, avec l’implication d’ONG et d’associations œuvrant dans la lutte contre cette maladie, organisent une série d’activités de communication, de sensibilisation et de dépistage.

Ces activités qui ont débuté le 8 novembre dernier s’étalent jusqu’au 30 novembre prochain.

Ainsi, il est prévu par exemple, une cérémonie officielle de commémoration, placée sous le parrainage de la ministre en charge de la solidarité nationale, le 18 novembre à la Maison du peuple de Ouagadougou.

Ce jour, il y aura un cross populaire, une conférence publique, des séances de dépistage gratuit et une démonstration de préparation de mets pour diabétique.

Agence d’information du Burkina

ak