Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Cadre de concertation provincial du Sourou : focus sur la direction régionale de l’INERA du Nord-Ouest

08/11/2017
512

Cadre de concertation provincial du Sourou

 

Focus sur la direction régionale de l’INERA du Nord-Ouest

 

La 2e session ordinaire du Cadre de concertation provincial du Sourou de l’année 2017 s’est tenue le 2 novembre 2017. Il a été question au cours de la rencontre, de faire mieux connaitre la direction régionale de l’Institut de recherche environnementale et agricole (INERA) du Nord-Ouest aux participants, et d’éclairer ceux-ci sur les rôles des collectivités territoriales dans l’exercice des compétences et la gestion des ressources transférées en matière de jeunesse.

 

Le Cadre de concertation provincial (CCP) du Sourou a tenu sa 2e session ordinaire, le 2 novembre 2017 à Tougan.  A l’ouverture des travaux, le président du CCP/Sourou, Nouzélé K. Kafando a signifié à ses pairs que la direction régionale de la recherche environnementale et agricole du Nord-Ouest basée à Di, abat du travail énorme pour valoriser la production agricole au Sourou. Et il n’est pas évident, a-t-il ajouté, que ses actions soient bien perçues par tous. D’où le choix d’une communication sur cette direction pour mieux la faire connaître, afin que chaque acteur de développement s’implique dans ses interventions  pour renforcer les impacts au Sourou. Quant à la seconde communication, elle visait à éclairer sur les rôles des collectivités territoriales dans l’exercice des compétences et la gestion des ressources transférées en matière de jeunesse, afin que chaque collectivité territoriale prenne en compte les questions de jeunesse dans ses plans communaux de développement. Dans cette perspective, le directeur régional de la recherche environnementale et agricole du Nord-Ouest, Vincent Dao a expliqué que sa direction basée à Di, a été créée en 1995, suite à l’adoption du plan stratégique de la recherche scientifique. Elle couvre sept provinces et ses missions sont celles de l’INERA à l’échelle régionale. Après ces précisions, il a présenté l’organigramme de la direction avant de s’appesantir sur ses missions et les potentialités de la Vallée du Sourou. Selon lui, la Vallée du Sourou possède les meilleurs sols du Burkina Faso, et ce lieu est un pôle d’excellence pour l’agriculture, notamment les cultures irriguées et un excellent site pour les essais et la sélection variétale. Vincent Dao a par ailleurs mentionné que dans la Vallée, il est possible de faire deux à trois campagnes de production en une seule année. Cependant, il a relevé les difficultés auxquelles la direction est confrontée. Il s’agit entre autres, de l’insuffisance de moyens financiers, de ressources humaines, de l’insuffisance et de la vétusté du matériel agricole roulant, et  l’enclavement de la zone. Comme perspectives, la direction prévoit la mise en œuvre du plan de développement de la DRREA, élaboré en 2009 et actualisé en 2015, l’élaboration d’un programme régional de recherches à partir des besoins spécifiques de la région, un renforcement des ressources humaines, la production de semences, et les prestations de service. Directeur régional de la jeunesse, de l’emploi et de la formation professionnelle  de la Boucle du Mouhoun, Moumouni Ouédraogo a déclaré que le transfert des compétences et des ressources est à ses débuts. Toutefois, les collectivités territoriales exerceront pleinement les compétences transférées, dès la signature des protocoles d’opérations. Ainsi, il a expliqué le cadre législatif et réglementaire en matière de jeunesse en lien avec la décentralisation, et énoncé le rôle des collectivités territoriales dans l’exercice des compétences et la gestion des ressources transférées en matière de jeunesse. Moumouni Ouédraogo a également porté à la connaissance des participants, les attentes et les préoccupations des jeunes dans plusieurs domaines. Il s’agit des activités socio-éducatives, de la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes, de la participation citoyenne des jeunes au développement local et national, de l’éducation des jeunes à la citoyenneté et à la promotion de la culture de la paix. Il a enfin proposé des solutions pouvant permettre un meilleur exercice des compétences, et une gestion efficiente des ressources transférées et inscrites au budget des collectivités territoriales. Au terme des échanges, le président du CCP/Sourou, Nouzélé K. Kafando a remercié les communicateurs et félicité ses pairs pour leur participation sans réserve aux échanges.

Paul DRABO

AIB/Tougan