Burkina : une bousculade fait six morts à Ouagadougou après un prêche religieux / le  Chef de file de l'opposition politique, Zéphirin Diabré, après des échanges avec le président du Faso ce jeudi, a estimé que le vote des Burkinabè de l'étranger est "un droit absolu" / le gouvernement va soutenir la filière coton avec une enveloppe de plus de 14 milliards / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Obsèques du Dr Bernard Ledéa : « Un révolutionnaire sans arme s’en est allé »

06/11/2017
647

Obsèques du Dr Bernard Ledéa : « Un révolutionnaire sans arme s’en est allé »

Décédé, le  25 octobre 2017 à Ouagadougou, la dépouille mortelle du  Dr Bernard Ledéa Ouédraogo  a reçu un vibrant hommage  au siège de la FNGN à Ouahigouya. A Gourcy sa ville natale  où il a été inhumé ce samedi 04 novembre 2017 l’homme a été élevé à titre posthume à la dignité  de Grand Officier de l’Ordre National.

« Développer sans abimer »,  Bernard Lédea Ouédraogo, le promoteur de ce concept qui a  imprimé sa marque dans le monde agricole à travers la Fédération Nationale des Groupements Naams (FNGN) qu’il a créé et qui regroupe 84 unions à travers le Burkina Faso s’en est allé. A 87 ans, l’homme qui a révolutionné les pratiques culturales en se servant de la saison sèche en savane et au sahel a véritablement vécu utilement pour ses contemporains et pour la majorité silencieuse qui vit de la terre. De ce « révolutionnaire sans arme » comme il aimait à le dire, l’illustre disparu a passé l’essentiel de sa vie à la lutte pour un développement durable du Yatenga et du Burkina Faso tout entier. Du peu que l’on sait Bernard Ledéa s’est investi avec son savoir et son savoir-faire avec les paysans dans le maraichage, l’élevage, le séchage des fruits, les banques traditionnelles d’épargne et de crédits, les banques de céréales autogérées, la lutte contre la désertification à travers la construction des diguettes, des cordons pierreux, le Zaï. En outre on retiendra la réalisation de plusieurs retenues d’eau, des formations aux métiers tout en utilisant un outil de communication qu’il a créé à savoir la Radio la Voix du Paysan pour les sensibilisations, l’information et les formations. Pour toutes ces raisons, par respect et en reconnaissance de toutes ses œuvres, des milliers de personnes composées de paysans, d’acteurs au développement, de partenaires étrangers, d’autorités diverses ont tenu à rendre un vibrant hommage à l’illustre disparu.

Le retour au village natal

C’est à Gourcy au (Zondoma) que le corps du « vieux Bernard », « Papa »,  « patriarche »  « Développeur » « Fondateur » pour les uns et les autres a fini son parcours après sa vie terrestre. Prières, bénédictions ont accompagnées le Dr Bernard Ledéa au quartier Sintané dont il est le chef. En présence d’une délégation gouvernementale conduite par le ministre d’Etat Simon Compaoré, de plusieurs personnalités, d’acteurs du monde paysan et bien d’autres anonymes, un dernier hommage après le siège de la FNGN à Ouahigouya a été rendu au défunt. Au nom du Président du Faso, le Dr Bernard Lédea Ouédraogo a été élevé à titre posthume à la dignité  de Grand Officier de l’Ordre National par le Haut Représentant du chef de l’Etat Shérif Sy. Après la sonnerie aux morts, l’oraison funèbre a été lu par M. Adotévi Stanislas un vieil ami du Dr Bernard Lédea. Dans une grande émotion le dernier orateur du jour s’est adressé au défunt et à l’assistance en passant en revue le parcours élogieux du disparu, donné des conseils et inviter les héritiers à toujours s’inspirer et pérenniser l’œuvre entreprise pour le bonheur des populations rurales du Burkina Faso. En quittant ce bas monde Dr B.L.O laisse derrière lui une veuve, 08 enfants, 23 petits-fils, et 18 arrières petits-enfants. Paix à l’âme du défunt.

Philibert NIKEMA