Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Lancement du projet d’électrification des communes rurales :le président du Faso marque une halte à Yako

02/11/2017
250

Lancement du projet d’électrification des communes rurales

Le président du Faso marque une halte à Yako

Yako, (AIB) - De retour de Tangaye dans le Yatenga, où il est allé lancer le projet d’électrification spéciale des communes rurales, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a fait une escale  à Yako, dans la soirée du samedi 21 octobre 2017. Objectif : traduire sa reconnaissance à l’endroit des populations du Passoré et s’imprégner de leurs préoccupations.  

C’est une foule composée de jeunes, d’hommes et de femmes qui a accueilli Roch Marc Christian Kaboré, en provenance de Ouahigouya, dans la soirée du 21 octobre 2017, à l’entrée de Yako. Pendant ce temps, c’est une Maison des jeunes de Yako pleine comme un œuf  qui attendait impatiemment le président du Faso, depuis plus de 5 heures. L’homme que tout le Passoré attendait est arrivé à la Maison des jeunes aux environs de 16h. Après avoir adressé le message de bienvenue de toutes les couches sociales de la province au président Kaboré, le secrétaire général du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) du Passoré, Esaïe Tiraogo Dianda, a tenu à remercier le président du Faso qui est venu traduire sa marque de reconnaissance à l’endroit des fils et filles de la province. M. Dianda a ensuite formulé les préoccupations des populations à Roch Marc Christian Kaboré. Il s’agit entre autres du manque de personnel dans les différentes formations sanitaires, du manque de routes, du manque d’équipements dans les centres de santé et de l’ensablement du barrage Oumarou-Kanazoé. « Le barrage Oumarou-Kanazoé menace de céder, alors que ce barrage constitue le poumon économique du Passoré. En plus, la province n’a que trois ambulances pour les 54 CSPS », a fait remarquer Esaïe Dianda. Il a par ailleurs décrié le fait qu’une dizaine de Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) du Passoré soient dirigés par des Agents itinérants de santé (AIS) et ajouté qu’au moins une dizaine de CSPS construits sont non-fonctionnels. Esaïe Dianda a insisté sur l’absence de routes bitumées reliant Yako aux villes de Kaya, Tougan et Koudougou. « Je vous assure qu’aucune commune ne peut rejoindre l’autre pendant l’hivernage », a-t-il dit. La représentante des femmes du Passoré, Béatrice Nanema, a, pour sa part, porté les difficultés des femmes de la province au président, avant de lui faire des recommandations. De ces recommandations, on peut citer entre autres l’octroi de microcrédits aux femmes afin qu’elles puissent sortir de la pauvreté et l’implantation d’une unité de transformation des productions issues du barrage Oumarou-Kanazoé. En réponse, le président du Faso a d’abord remercié les populations pour la confiance qu’elles ont placée en lui lors des dernières élections présidentielles avant de rassurer qu’il a pris acte de toutes les préoccupations formulées. Séance tenante, il a pris l’engagement  d’octroyer des microcrédits aux femmes. Tout en promettant de revenir très prochainement à Yako, Roch Marc Christian Kaboré a annoncé que toutes les communes rurales du pays seront dotées chacune d’une ambulance.

Zezouma Elie SANOU

AIB/Yako