Burkina : le Balai citoyen appelle le président du Faso à "redresser la barque avant qu'il ne soit trop tard" / le Collectif syndical ne reconnait pas les membres qui siègent au Haut conseil pour le dialogue social en son nom 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Développement local :les acteurs de l’Est veulent parler d’une même voix

26/10/2017
374

Développement local

Les acteurs de l’Est veulent parler d’une même voix

Fada N’Gourma, (AIB) - Le Programme national de gestion des terroirs, phase 2 (PNGT2) a organisé un atelier d’échanges entre les acteurs impliqués dans le Financement des investissements du développement local (FIDL) à Fada N’Gourma, en vue de proposer des pistes de solutions pour une meilleure absorption de l’enveloppe allouée aux communes.

Dans la région de l’Est, le Financement des investissements du développement local (FIDL) pour l’année 2017 s’élève à 1 milliard 219 millions de francs CFA, comprenant la contribution des collectivités territoriales pour la réalisation de 72 microprojets.  Les réalisations des microprojets sur le terrain, qui sont sous la maîtrise d’ouvrage totale des conseils des collectivités, connaissent des avancées diverses. C’est en vue d’améliorer l’absorption des FIDL que les responsables de l’Unité régionale de coordination ont initié cette rencontre d’échanges. La session a regroupé les acteurs de de la finance, les maires, leurs secrétaires généraux et les comptables de mairie. Pour atteindre ces objectifs de développement, la troisième phase du PNGT2 met en œuvre, sur le terrain, quatre composantes dont le FIDL. Cette composante permet de financer la réalisation d’infrastructures diverses à travers des conventions de cofinancement entre le projet et les collectivités bénéficiaires. A un an de la clôture du projet, la situation indique que 22% des projets n’ont pas été dépouillés, 36% des projets ont fait l’objet d’un contrat signé et plus de 66% des projets n’ont pas démarré sur le terrain. Au regard de la situation, explique le coordonnateur régional du PNGT2, Ousmane Boly, la nécessité de développer des stratégies pour une meilleure exécution des budgets s’impose. Au cours de la rencontre, les participants feront la situation de l’état d’exécution des conventions de cofinancement au 30 juin 2017, identifieront aussi les goulots d’étranglement dans l’exécution des projets afin de chercher des solutions idoines et durables pour l’accompagnement des conseils des collectivités pour une amélioration des taux d’exécution physique et financier des budgets-programmes en général et des microprojets cofinancés par le PNGT2-3 en particulier. En outre, cette rencontre de Fada N’Gourma permettra de formuler des recommandations et des instructions fermes afin de diligenter des actions susceptibles d’améliorer sensiblement l’état de mise en œuvre des projets et de mettre en place un comité de suivi des engagements. En rappel, l’objectif de développement du PNGT2-3 est de renforcer les capacités des communautés rurales et des structures décentralisées pour la mise en œuvre de plans locaux de développement qui favorisent la gestion durable des terres, des ressources naturelles et les investissements rentables au niveau des communes.

Moussa CONGO