Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Campagne agricole 2017-2018 dans la Boucle du Mouhoun : 892 000 tonnes pour remplir le « grenier du Burkina Faso »

24/10/2017
316

Campagne agricole 2017-2018 dans la Boucle du Mouhoun

 

892 000 tonnes pour remplir le « grenier du Burkina Faso »

 

Le gouverneur de la Boucle du Mouhoun, Sié Edgard Sou a effectué une tournée de suivi de la campagne agricole 2017-2018, le samedi 14 octobre 2017 dans les provinces du Nayala et du Sourou.

 

En dépit des risques comme les poches de sécheresse et les inondations dans certaines provinces, ou encore des attaques des chenilles légionnaires, la Boucle du Mouhoun espère atteindre les quelques 892 000 tonnes de céréales prévues pour la campagne 2017-2018, à en croire le directeur régional de l’agriculture et des aménagements hydrauliques de la région, Oumarou Savadogo. « D’une manière générale, la campagne se présente assez bien, malgré les séquences des poches de sécheresse, notamment dans les provinces du Sourou et du Nayala. Nous sommes sûrs que la Boucle du Mouhoun à l’heure du bilan, va toujours rester le grenier du Burkina Faso », a-t-il dit. Pour encourager les producteurs, le gouverneur de la Boucle du Mouhoun, Sié Edgard Sou a effectué une tournée de suivi de la campagne agricole humide dans les provinces touchées par la sécheresse, le samedi 14 octobre 2017. C’est dans l’exploitation de Bibata Dissa/Zerbo à Sakoé, commune rurale de Yé dans le Nayala, que le gouverneur a débuté cette tournée. Investie dans l’agriculture depuis plus de 20 ans, cette mère de huit enfants, à travers des techniques de récupération et de restauration des sols que sont les cordons pierreux et la fumure organique, a mis en valeur plus de 22 hectares pour cette campagne agricole. Sur ces terres, Mme Dissa s’est activée à exploiter 9 hectares de maïs, 8 de coton, 3 de niébé, 1 ha de sorgho, 1 autre de mil et 0,5 ha de riz. Si cette dame a pu disposer de terres cultivables, de connaissances théoriques et pratiques sur l’itinéraire technique des cultures, de fumure organique, entre autres, il n’en demeure pas moins qu’elle a dû faire face comme tous les producteurs, à la mauvaise répartition spatio-temporelle des pluies et aux attaques des chenilles légionnaires. Ce qui aura un impact sérieux sur les rendements. Cependant, Mme Dissa espère un chiffre d’affaires de plus de 8 millions de francs CFA en cette campagne. Après le site d’exploitation de Bibata Dissa, le gouverneur et sa délégation se sont rendus dans le site de démonstration sur fertilisation de niébé par le groupement des femmes « Sinfoa »du village de Kassan, dans la commune de Tougan. Avec l’appui du projet CLAPHI, le groupement « Sinfoa » a expérimenté la fumure organique et l’engrais « DAP » sur une parcelle, et sur l’autre, elle a testé la combinaison fumure organique et engrais NPK. Sur les deux parcelles, la différence est nette : sur celle où ont été appliqués le DAP et la fumure organique, le rendement est plus important que sur la parcelle de la fumure organique combinée à l’engrais NPK. Le premier responsable de la région de la Boucle du Mouhoun a achevé sa tournée dans le bas-fond rizicole du groupement des producteurs « Tilo Nana »du secteur 5 de Tougan. A perte de vue, c’est un riz en fin de maturation que Sié Edgard Sou et sa délégation ont admiré dans cette rizière de 28 hectares aménagés. « Je suis impressionné par ce que j’ai constaté dans les trois exploitations visitées. Même si on n’est pas technicien, je pense que les résultats parlent d’eux-mêmes », s’est réjoui Sié Edgard Sou, à l’issue de sa tournée dans les champs.

Kamélé FAYAMA