Burkina : l'épidémie de dengue a tué 11 personnes sur plus de 4 000 cas recensés / le MBDHP annonce une marche-meeting le 4 novembre pour réclamer vérité et justice pour les martyrs / la France a remis du matériel militaire aux FDS d'une valeur de 5 milliards FCFA /
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Au Royaume-Uni, les infirmiers jouent déjà aux docteurs

12/10/2017
246

Au Royaume-Uni, les infirmiers jouent déjà aux docteurs

par Joe JACKSON

Le Royaume-Uni expérimente depuis déjà de nombreuses années l'élargissement du domaine de compétences médicales des infirmiers que la France veut mettre en place pour lutter contre les déserts médicaux.

Sara Dalby, 35 ans, qui travaille à l'hôpital de l'université d'Aintree à Liverpool (nord-ouest de l'Angleterre), est l'une de ces infirmières qui a ajouté des cordes à son arc.

Quand elle a commencé à travailler en 2003, Sara Dalby donnait un coup de main aux chirurgiens. Aujourd'hui, elle effectue elle-même des excisions de cancer de la peau et des opérations de chirurgie du canal carpien.

"Je ne savais pas que ce type de poste existait à mes débuts, je ne savais pas que j'allais entrer dans le théâtre (des opérations) non plus", dit-elle à l'AFP.

La jeune femme a saisi sa chance lorsqu'a émergé la fonction d'"infirmières praticiennes avancées" (ANP), dotées d'attributions traditionnellement associées aux médecins et chirurgiens travaillant en milieu hospitalier.

Le Royaume-Uni figure parmi les pays européens à l'avant-garde en matière de refonte du rôle des infirmiers, un mouvement amorcé en Amérique du nord.

Et le rôle des "infirmières praticiennes avancées" y est considéré de plus en plus crucial, au moment où le système de santé public, le NHS, est sous pression en raison d'un manque de médecins, d'argent et face à des coûts de plus en plus importants.

Ces infirmiers d'un nouveau genre s'adaptent aussi à l'évolution de la demande de soins de santé, avec une population vieillissante, de plus en plus isolée et de plus en plus de gens présentant des conditions de santé complexes à long terme.

Les "ANP" peuvent effectuer des diagnostics, établir des programmes de soins mais aussi intervenir dans des domaines complexes comme la chirurgie.

- Une vraie autonomie -

Ces infirmiers hautement qualifiés ont commencé à être plus nombreux au Royaume-Uni en 2006, à la faveur d'un changement de loi. On ne connait pas leur nombre précis mais selon la chef des soins infirmiers au Collège royal des infirmiers (RCN), Wendy Preston, plusieurs milliers d'entre eux travaillent dans des champs d'activités divers.

"Ce changement dans la législation a vraiment ouvert la possibilité pour les infirmiers d'être des praticiens indépendants et d'avoir une vraie autonomie", estime Wendy Preston.

Face à l'expansion du phénomène, le RCN tente d'imposer de meilleures règles et a lancé en mai un programme de "certification", qui doit aboutir à l'élaboration d'un répertoire consultable par le public. Il a déjà conduit à valider le travail de 60 infirmiers; 60 autres sont en attente.

Danny Mortimer, qui dirige NHS Employers, une organisation regroupant les employeurs du système de santé public britannique, estime que les ANP ont offert "une nouvelle opportunité en terme de progression de carrière à ceux qui ne souhaitent pas se diriger vers le management".

"Et ils ont montré qu'ils atteignaient de hauts niveaux de soins et de résultats", selon lui.

Avant d'atteindre le niveau qu'elle a aujourd'hui, Sara Dalby a décroché une maîtrise en pratique infirmière avancée et des diplômes de niveau maîtrise en pratique de soins chirurgicaux, tout en travaillant à plein temps afin de se constituer une expérience clinique.

Elle travaille maintenant dans quatre spécialités, donne des cours à l'Université Edge Hill et co-rédige un manuel. Pour Ian Eardley, vice-président du College royal des chirurgiens, les ANP sont souvent "la colle qui soude les équipes chirurgicales".

(afp)