Le sergent-chef Roger Koussoubé, allias ''Le Touareg'' a déclaré à la barre qu'il fera des révélations s'il a la garantie que sa famille est sécurisée // Le Forum national de la diaspora réunit du 11 au 13 juillet 2018 à Ouagadougou près de 350 participants //  Les élèves du Nord et du Sahel qui n'ont pas pu composer lors des récents examens (CEP et BEPC), le feront avant la prochaine rentrée scolaire (Roch Marc Kaboré) //  L'Ambassade de la Chine continentale est ouverte à Ouagadougou à partir de ce  12  juillet 2018  // 
  




Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Justice militaire de Ouagadougou: Djibrill Bassolé bénéficie d’une liberté provisoire (médias)

11/10/2017
267

Burkina-Justice-Liberté

Justice militaire de Ouagadougou: Djibrill Bassolé bénéficie d’une  liberté provisoire (médias)

Ouagadougou 11 oct.2017 (AIB) Le général Djibrill Bassolé, incarcéré, depuis deux ans, pour son implication présumée dans le putsch manqué de septembre 2015, vient de bénéficier de la liberté provisoire pour raison de santé, a-t-on appris  mercredi, de sources médiatiques.

Selon les médias qui ont donné l’information, c’est en principe ce mercredi que Djibrill Bassolé devrait quitter sa cellule, alors que la décision de liberté provisoire  a été signée, la veille, dans la soirée.

Il aurait obtenu cette liberté provisoire pour des raisons de santé, renseigne le doyen des quotidiens privés, L’Observateur Paalga.

A plusieurs reprises, les avocats de M. Bassolé  avaient introduit des requêtes au Tribunal militaire, à  la chambre de contrôle, à la cour de cassation, pour demander sa libération, en raison de son état de santé, sans succès.

Le général Djibrill Bassolé a été plusieurs fois ministre, sous  l’ère Blaise Compaoré dont celui des Affaires étrangères, dans le dernier gouvernement de M. Compaoré.

Il a été poursuivi et détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA), depuis le 29 septembre 2015 pour son implication présumée dans le putsch manqué, orchestré par le général Gilbert Diendéré, le 16 septembre de la même année.

Agence d’information du Burkina

Lz/ak