Burkina : le Burkina Faso rappelle son Ambassadeur en Libye pour protester contre les traitements esclavagistes sur les migrants / la jeunesse burkinabè a formulé une trentaine de recommandations aux pouvoirs publics pour son épanouissement au cours d'états généraux / les engagements fermes de financement du PNDES par la diaspora burkinabè de Côte d'Ivoire s'élèvent à plus de 351 milliards de FCFA / 
Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

Le risque de pollution de l’eau de l’ONEA est «très élevé» à Kongoussi (Autorité)

12/09/2017
658

Burkina-Eaux-Pollution

Le risque de pollution de l’eau de l’ONEA est «très élevé» à Kongoussi (Autorité)

Kongoussi, 12 sept. 2017(AIB)- Le Directeur provincial de l'Environnement du Bam Emmanuel Dabiré a indiqué mardi, que le risque de pollution de l’eau de l’ONEA est «très élevé» à Kongoussi, à cause notamment de l'utilisation  anarchique des pesticides non homologués  dans le lit du lac Bam.

 «À Kongoussi, l'ONEA (Office national de l’eau et de l’assainissement) utilise des forages réalisés aux abords du lac Bam.  Ce lac est  connu pour la forte production maraîchère qui l'entoure.  Et quand on sait que les producteurs utilisent des pesticides non autorisés au Burkina,  vous comprenez aisément que le risque de pollution est très élevé surtout  à Kongoussi», a  affirmé Emmanuel Dabiré.

«Je ne dis pas que l'eau de l'ONEA est souillée mais la quantité de calcaire de cette eau étant déjà élevée. Avec encore la pollution, c'est vraiment dangereux pour les populations», a nuancé le Directeur provincial de l'Environnement du Bam

L’inspecteur des Eaux et Forêts  s'exprimait ce mardi, lors de la deuxième  session du cadre de concertation provinciale du Bam.

Il a insisté que les pesticides peuvent  polluer la nappe phréatique quel qu'en soit la profondeur.

Le Directeur provincial a ajouté que la situation de pollution des eaux du lac Bam a impacté l'économie locale.

«Des producteurs de haricots verts ont des difficultés d'écoulement de leurs produits en Europe parce que  certains prélèvements détectent des souillures de pesticides non homologués», a-t-il expliqué.

L'intervention du premier responsable de l'environnement du Bam  a interpellé les participants qui se posent déjà des questions sur l'avenir de la future génération si des mesures urgentes ne sont pas prises.

«Avec ce qui a été développé par le Directeur de l'environnement, je conclus que nous sommes tous morts»,  a réagi Aly Sawadogo  qui demande à l'État d'agir.

Agence d’Information du Burkina

ar/lz/ik/ata