Flash info : 



Rechercher

Suivez-nous

Inscription à la newsletter

Newsletter

Evènements en images

Tour du Faso > voir la galerie

*Devant le Tribunal pour avoir traité sa voisine de « voleuse de mari »

08/09/2017
383

Au coin du palais

 

*Devant le Tribunal pour avoir traité sa voisine de « voleuse de mari » 

G.S., célibataire et mère d’une fillette de 22 mois, est accusée de diffamation sur la personne de S.S., une voisine du quartier, devant le Tribunal de grande instance de Dédougou. Il lui est reproché d’avoir porté atteinte à l’honneur de S.S., en traitant celle-ci de « voleuse de mari ». Rappelant les faits, le président de la Cour a indiqué qu’elle aurait tenu des propos vexatoires du genre « vampires, virus qui prennent les maris des gens », contre sa voisine S.S. Mais G.S. a nié tout en bloc devant le Tribunal, le lundi 14 août 2017. « Je ne me reconnais pas dans ces accusations », a-t-elle lancé aux juges. Cependant, S.S. affirme avoir été l’objet de ce comportement vexatoire pendant longtemps sans s’en rendre compte jusqu’au jour où, l’accusée et sa copine lui ont proféré des injures ouvertement, la traitant de voleuse de mari. C’est alors qu’elle a décidé de porter plainte. Face à l’insistance de la prévenue sur son innocence, le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Dédougou, a rappelé que par deux fois, elle a été impliquée dans des bagarres de mari et femme, et aujourd’hui elle comparait encore pour des faits similaires. D’ailleurs, les enquêtes préliminaires, a poursuivi le procureur, ont révélé que G.S. était auteur d’un climat malsain dans son quartier. Des arguments qui conduisent le parquet à demander que la prévenue soit déclarée coupable et condamnée à 6 mois de prison, assortis de sursis. A cause de sa fillette de 22 mois, la Cour a suivi le parquet dans ses réquisitions en évitant de l’envoyer à la maison d’arrêt et de correction. Elle l’a condamnée à 6 mois de prison avec sursis. « C’est à cause de votre fille qui a toujours besoin de sa maman, que l’on ne vous a pas envoyée à la maison d’arrêt. Donc foutez la paix à S.S., et si vous avez un problème d’infidélité dans votre couple, résolvez-le avec votre mari. Et comme l’a dit le procureur, si vous n’y prenez garde, votre jalousie va vous amener loin un jour », a dit le président de la Cour à dame G.S. afin qu’elle revoie son comportement qui risque de lui porter préjudice un jour.

 

*Violeur en série et voleur de téléphone portable

Un repris de justice, O.Y., 26 ans et cultivateur résidant à Solenzo dans la province des Banwa, a comparu devant le Tribunal de grande instance de Dédougou le lundi 14 août 2017. Il est accusé de viol sur trois filles, et de vol d’un téléphone portable. Sans hésitation, l’accusé a reconnu ces faits. Le « bourreau »des élèves qui étaient sa cible, usait de chantage et de violence physique le cas échéant, pour accomplir sa sale besogne, a indiqué le procureur du Faso. A la barre, C.D., l’une des victimes de O.Y., les larmes aux yeux, a expliqué que c’est sous des menaces que son bourreau l’a obligée à avoir des relations intimes. Et après avoir abusé d’elle, il a emporté son téléphone portable, a poursuivi la pauvre fille. O.Y. a agi de la même manière avec la deuxième victime, K.S.Y., qu’il a surprise en train de se soulager. Quant à la troisième victime, T.B., le violeur insatiable a usé de chantage pour parvenir à ses fins. Des faits que l’accusé a reconnus à la barre. Prenant conscience de son mauvais comportement, il s’est fondu en excuses devant la Cour. Des excuses qui arrivent bien tard, d’autant plus que le parquet a demandé au Tribunal de le déclarer coupable et de le condamner à 72 mois de prison ferme. Si C.D. ne s’est pas constituée partie civile, K.S.Y. a demandé à la Cour la somme de 75 000 F CFA pour des dommages et intérêts. Soulignons que la troisième victime était absente au procès. Dans le verdict rendu, le lundi 28 août 2017, la Cour a condamné O.Y. à 6 ans de prison ferme. En plus, il est tenu de payer les 75 000 F CFA à K.S.Y.

Kamélé FAYAMA